Le répertoire et les actus de la bande dessinée africaine

Articles

La bande dessinée au Niger

Document | Niger
29/08/2017


Christophe Cassiau-Haurie
> Lire la suite

La bande dessinée au Mali

Document | Mali
24/07/2017


Christophe Cassiau-Haurie
> Lire la suite

La BD au Maroc : en attente de lecteurs

Document | Maroc
19/04/2017


Christophe Cassiau Haurie
> Lire la suite

"Au niveau du public Marocain, il y a encore du boulot pour faire naître une culture BD"

Entretien | Maroc
19/10/2016
Depuis une quinzaine d'années, la BD prend de plus en plus d'importance au Maroc. Édition d'albums, apparition de revues spécialisées, enracinement du festival de Tétouan, ouverture d'une filière à l'Institut des beaux-arts, beaucoup de signes incitent à l'optimisme. La dixième édition du festival de BD de Tétouan est l'occasion de faire le point avec l'un des auteurs phares de cette nouvelle vague : Omar Ennaciri.

Entretien de Christophe Cassiau-Haurie avec Omar Ennaciri
> Lire la suite

"Nous, les dessinateurs, nous souffrons tous d'un manque de vision politique dans le domaine culturel"

Entretien de Christophe Cassiau-Haurie avec Mok

Entretien | Mali
15/01/2016
Modibo Samakoun Keita, dit Mok, a commencé sa carrière comme auteur de BD dans Grin-Grin, un magazine d'information pour les jeunes lancés par la coopérative Jamana au début des années 1980 et abondamment illustré par l'ensemble des dessinateurs de l'époque. Ce magazine va vite devenir une référence pour le jeune lectorat du pays. En 1991, il participe à la création du premier journal satirique malien, La cigale muselée. Puis, en décembre 1993, Mok lance Janjo, l'un des premiers fanzines BD au Mali, mais celui-ci ne dure qu'un seul numéro. Par la suite, il travaillera également pour le journal Le Scorpion ainsi que comme animateur radio. Parler avec lui c'est également redécouvrir l'histoire contemporaine du Mali, partagé entre difficultés et espoir.


> Lire la suite

"Tout ce que les autres recherchent, je l'ai obtenu. Grâce au dessin"

Entretien | Mali
06/01/2016
Calligraphe, décorateur, dessinateur de bandes dessinées et illustrateur de contes pour enfants, Yacouba Diarra, dit Kays, est surtout connu comme dessinateur de presse. Il commence sa carrière de caricaturiste au milieu des années 80 en collaborant au trimestriel Jamana, revue culturelle de la coopérative du même nom. Par la suite, il deviendra le caricaturiste attitré de l'hebdomadaire Le Canard déchaîné. Tiré à deux mille exemplaires, Le Canard déchaîné publiera également chaque année, une à deux compilations de ses meilleures caricatures. Kays est aussi depuis plus de vingt ans le caricaturiste vedette du quotidien Les échos. En parallèle, il a illustré plusieurs ouvrages aux Éditions Jamana. Son parcours en matière de BD démarre en 1977, puisqu'il lance avec Gérard Galtier, Kòtèba kura, un journal de bandes dessinées en bambara, qui connaîtra deux numéros. Par la suite, il continuera à publier de la bande dessinée dans Grin Grin. A près de 70 ans (il est né en 1946), il reste encore actif dans le milieu du dessin de presse.

Entretien de Christophe Cassiau Haurie avec Kays
> Lire la suite

"Pour ma part, même quand on fait de l'alimentaire, on reste un artiste"

Entretien de Christophe Cassiau-Haurie avec Julien Batandéo

Entretien | Togo
29/12/2015
Né en 1979 à Gapé-Kpédji au Togo, Julien Batandéo quitte son pays d'origine en 2002 pour s'installer au Mali. Après plusieurs petits boulots, il crée avec d'autres dessinateurs l'atelier Bdb (Bande des dessinateurs de Bamako) qui devient par la suite l'association Esquisse puis le Centre de la bande dessinée de Bamako. L'association produit un fanzine nommé Ébullition qui comptera plusieurs numéros. Batandéo travaillera également sur des projets personnels. L'un d'entre eux donne lieu à un album de 28 pages, Tchecoroba, autoédité en 2004. Ces travaux seront exposés durant les trois éditions du Salon international de BD de Bamako. Julien Batandéo a également illustré plusieurs manuels scolaires, des guides pédagogiques, des BD de sensibilisations et a collaboré à Planète jeunes. Il participe aussi à des animations culturelles et des programmes de sensibilisation dans des écoles du Mali. Se pencher sur son parcours revient aussi à évoquer le déplacement des citoyens entre Etats africains. Ce phénomène migratoire rarement abordé en dehors de la problématique sud-nord mérite pourtant qu'on s'y arrête tant il est révélateur de la façon dont les sociétés africaines fonctionnent de nos jours.


> Lire la suite

"Mon ambition est de créer un journal comme Charlie Hebdo ou Gbich"

Entretien de Christophe Cassiau-Haurie avec Mad

Entretien | Mali
23/12/2015
Mad (Mahamadou Diarra) est l'un des dessinateurs les plus connus du Mali. Il commence sa carrière au Sénégal où il travaille pour plusieurs organes de presse (La République, La Tribune de Dakar, La Vache qui rit, L'Indépendant). À la fin des années 90, il rentre dans son pays et participe au lancement de l'hebdomadaire satirique, Le Canard enchanté, qui deviendra deux ans plus tard Le Canard déchaîné. La même année, Diarra devient caricaturiste du bihebdomadaire Challenger et de l'hebdomadaire Mœurs. Premier caricaturiste du journal, Mamadou Diarra y gagne une belle notoriété et continue à collaborer au journal même après son remplacement par Yacouba Diarra (Kays). Il sera d'ailleurs directeur artistique du Canard de 2003 à 2007 avant d'occuper le même poste pour l'hebdomadaire Mœurs de 2008 à 2009. Actuellement, il est également le caricaturiste du quotidien L'Indépendant ainsi que de Bamako hebdo. Rencontre avec un des pionniers de la caricature malienne qui est aussi un bédéiste frustré.


> Lire la suite

Beaucoup en ont rêvé, Kassaï l'a fait !

Document | République centrafricaine
18/11/2015
La sortie de Tempête sur Bangui, le premier reportage autobiographique de la bande dessinée d'Afrique est à la fois une véritable réussite éditoriale et une forme de consécration pour un auteur, Didier Kassaï, au parcours aussi bien éclectique que méandreux.

Chrisophe Cassiau Haurie
> Lire la suite


Licence Creative Commons
Convention avec Wikiafrica / Wikipedia : les contenus d'Africultures sont librement partagés selon la licence Creative commons BY-SA 3.0 FR.
Cependant, les textes signés par des auteurs sont soumis à copyright : ils peuvent être cités avec indication de la source mais ne peuvent être reproduits.